Vous êtes ici : Accueil > Tribune > Vote électronique

Vote électronique

L'utilisation des technologies pour des activités démocratiques en est à ses débuts (par exemples, les pétitions en ligne instaurées par les gouvernements de l'Écosse et de l'Australie) ou encore le vote électronique dans certains états américains par le biais de bornes dont les résultats sont transmis par Internet et traités par un ordinateur central. À l'instar d'autres gouvernements à travers le monde, le Québec explore donc la faisabilité de mettre en place le vote en ligne. Plusieurs questions demeurent quant à la faisabilité de ce projet, qu'il s'agisse de sécurité et d'intégrité des choix technologiques ou du type de technologie privilégiée et des répercussions sur les pratiques et outils démocratiques actuels.

Question 1 : Selon vous, quels sont les avantages du vote électronique ?

Réponses

- serait l'occasion de consulter plus souvent les citoyens par le vote. - plus facile pour les personnes à mobilité réduite et les personnes agées

Le vote électronique peut être moins cher, plus rapide, plus neutre, tout en permettant de consulter plus souvent la population. Il permet aussi de participer à des consultations à partir de chez soi, au moment qui convient le mieux.

Résultats plus rapides

aucun meme c'est terrible,les expert sur ordi doivent etres mort de rire.

Permettre une période de vote plus longue. Peut se faire à tout moments.

Rapidité du résultat

Une possibilité qui s'ajoute aux moyens d'accessibilité actuels.

Plus rapide à compter.

Pour les gens qui ne peuvent se déplacer ou qui pourrait, par exemple, se trouver temporairement à l'extérieur du territoire, cela peut s'avérer utile.

Question 2 : Selon vous, quels sont les risques du vote électronique ?

Réponses

- que le vote électronique devienne la norme, alors qu'il doit etre complémentaire du vote traditionnel. - questions de sécurité

On risque de se contenter de consulter la population sans plus tenir compte des organismes. Si le vote a lieu via un réseau sans fil, il pourrait être possible que les serveurs soient hackés.

Fiabilité du système Diminution des ressources humaines

quel question? une personne vote plusieurs fois.

Croisement d'information entre le citoyen et ses allégences politiques. La méfiance envers l'électronique peut faire diminuer la participations aux votes.

Perte de l'information

Piratage des internautes petits farceurs ou encore des politiciens verreux qui paient des cracs de l'informatique pour faire gonfler leur appui par voie électronique.

Un vote par internet, de la maison ou d'ailleurs ne garanti en rien le secret du vote, chose primordiale dans une démocratie.

En premier lieu, la sécurité. On n,a qu'à regarder du côté des USA lors de leurs dernières élections pour constater que rien, mais absolument rien n'est sûr du côté des TIC. Aussi, il y a toute la question autour des impacts sur notre système démocratique. Bien sûr, le temps et l'argent qu'on y gagne est intéressant mais on peut s'inquiéter de la dimension humaine qu'on peut y perdre en revanche. La démocratie se vit aussi dans les rues, dans les salles de réunions, dans les assemblées, dans les corridors, dans les débats, dans les engueulades, dans les consensus, dans le respect des différences. Comment tenir compte de ces subtilités si notre seul point de répère est un pseudonyme ou une adresse IP ?

Question 3 : Dans quel contexte devrait-on pouvoir utiliser le vote électronique (i.e. sur quoi devrait-on pouvoir voter électroniquement) ?

Réponses

Si la démarche est sérieuse, on devrait alors pouvoir voter électroniquement et en présence dans tous les contextes de vote.

Lors d'élections à tous les niveaux (municipal, provincial et canadien), de référendums, de consultations publiques...

Système uniforme à toutes les régions

aucun

Vote, référendum, consulatation

Environnement sécurisé

Dans des lieux désignés à cet effet tels les résidences de personnes âgées, des postes de police où une ou des personnes responsables sont assignées à la surveillance et à l'information pour la clientèle désireuse de voter de cette manière.

À mon avis le vote électronique n'est pas une bonne solution pour des élections ou des référendums. On devrait pouvoir voter électroniquement uniquement quand un vote n'est pas secret (autrement dit quand chacun a la possibilité de revoir son vote et celui des autres afin de refaire le décompte).

En théorie, il n'y a pas de limites sur les dossiers à traiter mais le contexte de la sécurité est primordial.

Question 4 : À quelles conditions seriez-vous d'accord pour l'implantation du vote électronique au Québec ?

Réponses

Il faut que le système utilisé ne permette pas les votes fictifs. Il faut aussi, pour faciliter l'accès au vote électronique, que des bornes informatiques soient installés dans divers lieux publics, accompagnées d'une personne ressource pouvant assister les citoyens.

Le directeur général des élections doit superviser le vote électronique, posséder les machines, avoir accès au code source. Le niveau de sécurité doit être très élevé. La procédure doit aussi être simple pour que tous et toutes soient à l'aise avec elle. Il faudrait aussi apprendre des erreurs commises lors des élections municipales de novembre 2005.

Possibilité d'exprimer une opinion différente de celles proposées Contôle des votants Sustème le + visuel possible Formation des agents électoraux

si on me prouvait qu'il ne peut y avoir de fraude.

Sécurité et fiabilit.

Version papier pour le recomptage

* Une surveillance adéquate des lieux désignés * Un contrôle pour éviter le dédoublement du vote.

Le vote électronique ne doit pas remplacer le vote sur support physique: ce n'est qu'une façon accélérée de compter les bulletin de vote. Le comptage manuel des bulletins de vote physiques doit toujours primer sur le résultat électronique. Un vote électronique sur une machine à voter dans un isoloir serait acceptable, à condition qu'il y ai toujours un bulletin de vote physique au cas où un recomptage s'avère nécessaire. Le recomptage est nécessaire au cas où une machine ou des résultats sont suspectée d'avoir été trafiquée. Le bulletin de vote physique doit être vu et approuvé par le votant, et il doit y avoir une procédure en place au cas où la machine ne fonctionne pas correctement ou refuse de générer un bulletin de vote physique tel que demandé par le votant. Le recomptage systématique d'au moins une urne électronique par bureau de vote doit toujours avoir lieu afin de valider un certain échantillon des votes. L'urne doit être choisie au hasard *après* la lecture du décompte électronique pour éviter que le résultat du décompte électronique n'ai pu être influencé par le choix de l'urne. Il doit y avoir un registre publique qui tient à jour une liste des problèmes rencontrés lors d'une élection et qui à chaque fois qu'il y a recomptage note les divergences éventuelles entre les résultats de la machine à compter les votes et ceux du décompte manuel.

Sécurité, sécurité, sécurité. Oh, et l'assurance, non le serment qu'on ne troquera pas une démocratie humaine pour quelques dollars et minutes de gagnées pendant l'heure de pointe.

Creative Commons Communautique 2005