Vous êtes ici : Accueil > Tribune > Place aux groupes communautaires

Place aux groupes communautaires

Les groupes communautaires ont toujours été un joueur important dans la démocratie québécoise. Par son implication dans les activités démocratiques et la prise de position sur projets de lois, politiques et programmes, etc., le milieu communautaire a été un moteur de transformation socio-démocratique, un chien de garde des intérêts et droits des populations exclues.

Le développement du gouvernement en ligne de la cyberdémocratie vient bouleverser le paysage, notamment par les nouveaux outils technologiques utilisés et les changements en terme de proximité et de temps. La numérisation de l'État suppose communautaire en ligne, citoyen en ligne, réseaux citoyens, espaces citoyens gratuits, droits de citoyens en ligne. Cela doit aussi supposer une participation dans la conception du gouvernement en ligne et une participation dans la conception des services en ligne, des consultations en ligne des organisations de la société civile et des groupes communautaires.

Question 1 : Quels sont les bénéfices potentiels de la cyberdémocratie sur le travail des groupes communautaires ?

Réponses

Internet peut être un moyen supplémentaire pour que la parole des groupes soit amplifiée et qu'elle soit écoutée, médiatiquement et politiquement !

Consulter leurs membres plus souvent, devenir plus transparents et moins verticaux, sortir du pattern de l'exclusion de ceux et celles qui ne font pas partie de la gang, développer leurs réseaux, rejoindre plus de monde, sortir de l'image misérabiliste du communautaire...

Pour l'organisme: -le 40% qui n'a pas accès à l'informatique se dirigera davantage vers les différents moyens possibles (CACI, bibliothèques...).Augmentation de l'achalandage. - Animation et formation : un potentiel énorme - Avantage marqué pour notre organisme à présenter des mémoires, répondre à des sondages...

Évolution des TIC

Cette question est déjà positivement orientée. Il ne faut pas oublier que les groupes communautaires ne sont pas tous dans les grandes villes, qu'ils ne sont pas tous branchés, qu'ils n'ont pas tous la haute vitesse, que les équipes de travail ont un grand roulement compte tenu des petits salaires, que les moyens financiers pour s'équiper côté informatique sont limités.

Question 2 : Quels sont les risques anticipés pour les groupes ?

Réponses

Que la présence des groupes sur Internet devienne une fin en soi, et que ceux qui décident de ne pas s'y manifester se trouvent exclus du processus démocratique.

La plupart des groupes communautaires du Qc semblent encore loin d'avoir développé des usages qu'on pourrait qualifier de cyberdémocratiques. En gros, ils communiquent avec le même monde et les mêmes réseaux qu'avant Internet, sans vraiment exploiter les TIC de façon adaptée à leurs besoins spécifiques et réalités. Beaucoup croient que le développement de l'exploitation des TIC, ça regarde les technos. Alors les conditions de travail des technos les incitent trop souvent à aller travailler ailleurs que dans le milieu communautaire, en particulier en ce qui concerne les groupes de femmes pour lesquels il peut être particulièrement vidant et appauvrissant de travailler quand on a le malheur d'être perçue comme une techno. Les groupes passent aussi encore à côté d'enjeux capitaux, come s'il fallait être médecin pour prendre position face au système de santé, par exemple. Il y a un blocage culturel profond, renforcé par un manque de ressources, qui fait que l'arbre leur cache la forêt. Je crains que de nombreux groupes subissent les conséquences du fait qu'ils ne conçoivent pas encore que les attentes de la population envers l'accès à l'information et les possibilités de participer via Internet vont grandir avec le développement du cybergouvernement, et qu'ils auraient avantage à travailler avec nous.

-Augmenter l'écart de la fracture numérique Augmentation de la demande à laquelle nous serons probablement incappable de répondre (Aide à compléter des formulaires en ligne)

Manque de formation

* Certains groupes peuvent être mis de côté parce qu'ils ne sont pas équipés adéquatement. * D'autres c'est parce que l'ancien dirigeant n'a pas conservé les informations sur papier.

Question 3 : Quels moyens et stratégies sont nécessaires pour assurer la place des groupes dans le déploiement de pratiques cyberdémocratiques ?

Réponses

c'est à discuter avec les groupes ! Il faut entre autres que les moyens de communication utilisés soient faciles d'utilisation et accessibles pour tous.

Il faut prioriser les besoins des groupes qui souhaitent aller plus loin à ce sujet. En les voyant aller, d'autres groupes embarqueront aussi et ainsi de suite.

-

Regroupement du communautaire afin d'avoir une réflexion plus large et ainsi mieux questionner le gouvernement dans l'ensemble de leur projet.

Des moyens qui assurent l'accessibilité de tous les groupes, ce qui fait appel à la politique d'un État providence, pourvoyeur de ressources, ce qui est presque utopique

Creative Commons Communautique 2005