Vous êtes ici : Accueil > Carnet

Carnet

Pour les quatre prochaines semaines, c'est-à-dire du 4 novembre au 5 décembre, Communautique visite huit régions pour consulter les groupes sur les enjeux de la cyberdémocratie et du gouvernement en ligne. Ce carnet se veut, d'une part, le journal de bord de la consultation régionale permettant de relater les résultats des rencontres et, d'autre part, un lieu d'échanges pour les participantes et participants qui souhaiteraient faire un retour sur les discussions.

Vous trouverez donc dans ce carnet des articles de nos animatrices intrépides, Ariane Pelletier et Céline Desjardins, qui sillonnent la province et nous livrent leurs comptes-rendus de la consultation. De plus, vous pourrez lire les commentaires laissées par les participantes et participants des rencontres et d'autres visiteurs.

Notez que les commentaires laissés sur ce carnet sont en accord avec notre politique d'édition.

mercredi 14 décembre 2005

De retour au bercail …avec le l’image du fleuve à Sept-Îles en tête !

Bonjour à toutes et à tous,

La tournée régionale de consultations sur les enjeux du gouvernement en ligne s’est terminée en grande à Sept-Îles au Musée Shaputuan le 30 novembre et à Montréal au Centre St-Pierre le 5 décembre.

Au nom de toute l’équipe de Communautique, Céline et moi aimerions remercier sincèrement les participantes et participants dans toutes les régions visitées et souligner l’accueil chaleureux que nous ont réservé tous nos partenaires à travers le Québec.

Bien que la tournée soit terminée, c’est maintenant que commence tout le travail de collecte des données pour la rédaction du rapport. !

En attendant le rapport voici une bref aperçu des résultats des dernières consultations :

Montréal : Cette rencontre avait lieu au Centre St-Pierre où Céline et moi avons eu le plaisir d’entendre et de discuter avec une cinquantaine de participantes et de participants. Parmi ceux-ci, nous retrouvions des personnes représentant divers organismes concernés par les enjeux de la consultation (éducation populaire, femmes, aînés, personnes handicapées, appropriation des technologies, etc.), dont un nombre record d’animatrices et d’animateurs provenant des divers centres d’accès communautaires de la région qui nous ont dressé un portrait éloquent des besoins des populations marginalisées fréquentant ces centres.

Plusieurs constats importants ressortent de la rencontre de Montréal, certains rejoignant les résultats dégagés lors des consultations dans les autres régions, certains s’en distinguant particulièrement par leur finalité.

D’une part, bien que plusieurs projets en matière de numérisation de l’État soient déjà implantés ou en voie de l’être (tel que le vote électronique, les services électroniques et les consultations en ligne), il ressort clairement qu’il y a toujours un gros manque d’information sur l’ensemble du projet gouvernemental et particulièrement en ce qui concerne la page citoyenne. Et d’ailleurs, plusieurs personnes présentes à la journée ont d’emblée expliqué qu’elles participaient à la rencontre d’abord dans l’espoir d’obtenir plus d’informations sur les développements en cours et à venir.

.

À Montréal, comme dans les autres régions, la formation et l’animation du milieu ressortent comme conditions essentielles à la mise en œuvre du projet de gouvernement en ligne et ce, pour éviter que la fracture numérique ne frappe encore les populations exclues et potentiellement exclues.

On se doit de souligner, les préoccupations particulières à certaines régions mais qui devraient être comprises par l’ensemble des régions : les participants et participantes à Sept-Îles ainsi qu’à Amos et Rimouski ont identifié les inéquités entre les grands centres urbains et les régions plus rurales ou éloignées. Pour les participantes et les participants de Sept-Îles, l’accès à un fournisseur de service internet est extrêmement coûteux et on propose que, si les services gouvernementaux deviennent seulement accessibles en ligne, il ne revient pas aux contribuables de payer les frais pour avoir accès à ces mêmes services.

Pour plusieurs régions, il a été proposé que les services soient disponibles en plusieurs langues dont les langues parlées par les premières nations. On suggère aussi la mise en place d’un moratoire sur le développement du Gouvernement en ligne tant que les inquiètudes par rapport aux questions de sécurité et de confidentialité persistent.

En terminant, je tiens au nom de ma collègue Céline et de toute l’équipe de Communautique remercier les nombreux acteurs ayant fait de ces consultations régionales un franc succès, riche en discussions et nous permettant de ressortir des constats et des propositions dont nous espérons que le gouvernement tiendra compte. Un grand merci à nos partenaires régionaux pour leur support à la logistique et à la mobilisation et surtout, un merci énorme à tous les participants et participantes qui ont fait de ces rencontres une expérience inoubliable.

Je vous rappelle que le volet de la consultation en ligne se poursuit jusqu’à ce vendredi 16 décembre alors, si vous n’avez pas pu participer aux rencontres régionales, il est encore temps de vous faire entendre.

Joyeuses Fêtes à toutes et tous et à l’année prochaine !

mercredi 30 novembre 2005

Road Trip

Oh là là ! Pas de nouvelles depuis plus de deux semaines au sujet de nos consultations régionales sur le développement du gouvernement en ligne ! Gros mea culpa les amis mais bon, vous savez, Céline et moi, lorsque nous n’étions pas en réunion dans les différentes régions visitées, passions la majorité de notre temps en auto, en autobus, etc.… Depuis la rencontre de Gatineau tenue le 4 novembre dernier, nous avons consulté les régions de l’Estrie, de la Capitale nationale, du Bas Saint-Laurent, de l’Abitibi-Témiscamingue ainsi que de la Mauricie et aujourd’hui, nous sommes à Sept-Îles pour la consultation de la Côte-Nord. Ouf !

Histoire quand-même de vous tenir au courant, je vais tenter de vous faire un bref résumé des grandes tendances ressorties de l’ensemble des consultations réalisées depuis notre dernier billet et j’invite ceux et celles ayant participé aux rencontres d’apporter leurs commentaires pour compléter au besoin.

Si l’on peut faire un constat général, c’est que même si on est de plus en plus branché, les besoins de formation sont toujours aussi grands pour de la formation de base, intermédiaire et sur le gouvernement en ligne.

De plus, le milieu communautaire estime qu'il est bien placé pour accompagner et offrir la formation à la population, mais n'a plus les ressources humaines pour assumer pleinement cette tâche. La fin en février prochain du dernier programme qui existait à cet effet, le Programme d'accès communautaire du gouvernement fédéral, inquiète donc pour la suite des choses.

La page citoyenne, quant à elle, met en lumière plusieurs préoccupations, au point tel qu’on la refuse, ou au mieux, on veut être mieux informé avant d’aller plus loin. On souhaite aussi qu’advenant une progression dans ce dossier, que ce développement se fasse étapes par étapes et que le milieu soit consulté avant et qu'il soit au courant de l’ensemble des modalités. On s'inquiète aussi des risques potentiels à partir de l'utilisation de l'ordinateur à la maison (notamment, qu'il ne soit pas sécuritaire) ; on se demande d’ailleurs quelle est la chaîne du réseau (par exemples où est le serveur, il est contrôlé par qui, etc.). Au moins deux régions ont mentionné un enjeu important, c’est-à-dire, que le cadre législatif reste à établir.

Pour ce qui est des autres grandes thématiques touchées par cette consultation, les opinions sont généralement partagées par toutes les régions consultées. On est d’accord avec la mise en ligne de services gouvernementaux dans la mesure où tous y ont accès et qu’on respecte le libre choix. Pour le vote électronique, les préoccupations concernent les questions de sécurité et d’intégrité du processus. Et finalement, en ce qui a trait aux consultations en ligne, on est généralement favorable à ce développement.

En conclusion, les participantes et participants attendent les résultats des consultations et souhaitent que nous prenions position avec les groupes communautaires et que nous nous portions à la défense des intérêts du milieu et des personnes.

Bon alors sur ce, je dois vraiment vous quitter, Céline piétine devant le taxi, nous devons nous remettre en route bientôt. N’oubliez surtout pas la dernière rencontre de notre tournée, celle de Montréal, qui a lieu lundi prochain, soit le 5 décembre. Vu le nombre d’inscriptions déjà reçues, il y aura salle comble au Centre St-Pierre ! À bientôt !

jeudi 10 novembre 2005

Merci Gatineau !

Il serait impossible de résumer en quelques paragraphes la consultation de l'Outaouais, tenue au Dépanneur Sylvestre à Gatineau le 5 novembre dernier, et de rendre justice à la richesse des témoignages offerts par les personnes présentes au cours de cette journée ainsi qu'au chaleureux accueil de nos hôtes. Mais, question de vous faire patienter en attendant la fin des consultations et la sortie du rapport final, dans lequel vous trouverez un portrait plus complet de l'ensemble des consultations, je me hasarde quand-même à vous livrer les points saillants de cette première consultation régionale.

Notons d'une part que les personnes présentes à la rencontre avait plusieurs motivations d'être là, qu'il s'agisse d'acquérir des notions de base concernant le gouvernement en ligne, de vouloir trouver des outils pour pouvoir mieux apprivoiser les développements en cours et à venir ou de faire part de leurs préoccupations en ce qui a trait aux besoins et aux risques d'une plus grande exclusion de certaines populations, dont les aînés, les personnes analphabètes ou handicapées, etc., qui sont souvent ceux qui ont le plus besoin de services publics.

D'autre part, essentiellement, les personnes participant à la rencontre ont émis le souhait que les services du gouvernement répondent aux réels besoins des citoyens, des citoyennes et des groupes, c’est-à-dire des services en personne, ou avec des personnes au téléphone, et non des services de routage. Ainsi, le portail de services a suscité peu de commentaires, puisqu’on le voit comme un complément pour ceux qui ont accès. Une réticence majeure concerne la crainte que l'utilisation d'Internet puisse porter à l'isolement pour ceux qui l'utilisent, et à l'exclusion pour ceux qui en sont privés.

La page citoyenne a, quant à elle, soulevé plusieurs inquiétudes en matière de confidentialité. Clairement, les utilités et les avantages liés à la page citoyenne, notamment d'avoir accès aux informations à son dossier concernant divers services gouvernementaux et de mieux traiter des dossiers impliquant plusieurs ministères, ne faisaient pas le poids face aux préoccupations en matière de sécurité.

Le vote électronique, pour sa part, a suscité des avis partagés. Des inquiétudes ont été énoncées par rapport au fait que les pièces vérificatives deviennent difficiles d'accès ou difficiles à obtenir si le vote est entièrement électronique, soulevant des préoccupations au niveau de l'intégrité du processus. De plus, notant que ce mode de votation est déjà en voie d'implantation, on estime que le gouvernement n'a peut-être pas assez préparé la population, qu'il y aurait dû y avoir une campagne de sensibilisation à l'utilisation du vote électronique. Et si l'on pouvait voter de chez soi, par Internet par exemple, ça pourrait faciliter le vote pour les personnes ayant de la difficulté à se déplacer mais ça risquerait cependant de compromettre la confidentialité du vote, avec des risques d'intimidation pour certains.

Finalement, du côté des consultations en ligne, les personnes présentes se sont montrées généralement favorables à ce mode de consultation. De plus, des intervenants du communautaire aimeraient pouvoir avoir accès aux résultats des sondages en ligne, ceux-ci pouvant leur être utiles dans leur travail. Ils réitèrent cependant leur préoccupation de l'importance de l'aspect humain et des échanges en personne, mettant en valeur que le ton de voix, l'attitude corporel et le climat dans une salle (exemples : applaudissements spontanés ou silence à couper au couteau) sont des éléments manquants d'une consultation en ligne.

En fait, il y en aurait beaucoup plus à dire, notamment sur les grands besoins de formation, sur les exigences sans cesse croissantes auprès des groupes pour composer avec les nouvelles réalités qu'apportent la numérisation de l'État, etc. Mais je m'arrête ici, vous invitant à revenir nous lire bientôt pour un aperçu de la consultation de l'Estrie.

En terminant, Ariane et moi tenons à souligner que nous avons eu le privilège que la consultation se déroule au Dépanneur Sylvestre, endroit magique, chaleureux, accueillant, inspirant et davantage ! C'est un des endroits à visiter au Québec si vous passez dans le coin. Le traiteur du Dépanneur Sylvestre est non moins merveilleux, et nous a servi un lunch qui était un régal tant pour les yeux, le nez que la bouche! Un grand merci à toute la gang du Dépanneur pour leur accueil et leur gentillesse !

mardi 1 novembre 2005

Ça y'est, c'est parti !

Ouf, je vous dis qu'avec cette grande consultation sur les enjeux du gouvernement en ligne, on ne chôme pas depuis quelques semaines à Communautique. Ma collègue, Céline Desjardins, et moi sommes justement à voir aux derniers détails pour la première consultation régionale qui a lieu à Gatineau ce vendredi même !

Pour Céline et moi, cette consultation est une belle occasion de renouer avec plusieurs groupes consultés en 2004 lors de nos dernières consultations sur la Plateforme québécoise de l'Internet Citoyen. C'est aussi pour nous une opportunité de constater, entre autres, les impacts du développement du gouvernement en ligne déjà ressentis par les groupes et de connaître leurs préoccupations à ce sujet. Aussi, il ne faut pas oublier que les résultats de cette consultation seront transmis par Communautique aux décideurs et autres acteurs qui oeuvrent à la mise en place du gouvernement en ligne afin de s'assurer que ce grand projet de société tienne compte des besoins de toutes les Québécoises et de tous les Québécois.

N'oubliez pas non plus, pour ceux et celles ne pouvant participer aux rencontres régionales, notre volet de consultation en ligne. Et pour suivre les résultats des consultations régionales, rien de plus simple, vous n'avez qu'à visiter régulièrement ce blogue.

Sur ce, je vous laisse pour l'instant car on a encore des trucs à préparer mais on vous attend en grand nombre à Gatineau vendredi prochain.

Bon alors, où est passée Céline ? Elle m'avait pourtant dit qu'elle n'en avait que pour quelques minutes à stationner l'auto…

Creative Commons Communautique 2005

propulsé par DotClear